Les détenus découvrent les métiers à Villenauxe

NGT FORUM MÉTIERS.jpgQuelques 70 détenus ont participé mardi au 3e forum des métiers organisé au sein de l’établissement pénitentiaire de Villenauxe-la-Grande « C’est bien, si ça peut nous aider à trouver un emploi. J’étais déjà à mon compte dehors. Mais c’est un complément que je me donne pour avoir des possibilités supplémentaires. » Pour ce détenu de 35 ans, inscrit en CAP métallerie au centre de détention de Villenauxe, la formation comme le forum des métiers, qui avait lieu mardi dans l’établissement, peut être une solution pour préparer « la sortie » et la réinsertion.Sur les 500 détenus présents actuellement dans l’établissement, environ 70 avaient répondu à l’appel de la 3e édition du forum des métiers qui regroupait une quinzaine de stands dans des domaines très divers, avec des exposants qui étaient aussi bien des professionnels que des organismes de formation (pâtisserie, boucherie, vente, coiffure, fleuriste…). Parmi eux, des CFA et notamment le CFA interprofessionnel de la Marne, le restaurant Le Flaubert, le groupe Bouchard agriculture, le GEIQ BTP, la Fédération du Bâtiment, Oxygène, Chlorophylle, Onet ou encore la mission locale. En plus de présenter son métier, le centre d’appels 3Media venait aussi avec des offres d’emploi. La gagnante d’Un dîner presque parfait, l’émission d’M6, Tiphaine Charles, était aussi présente pour faire des gâteaux. Les détenus stagiaires du CFA pâtisserie faisaient également des démonstrations aux autres détenus. « On peut être en prison et avoir du potentiel » « La participation est volontaire. Nous avons fait une campagne d’affichage et les détenus ont écrit pour pouvoir participer », souligne Marielle Bonnessoeur, responsable du service formation au sein de Sodexo Justice services, organisateur du forum Oriente express, en partenariat avec l’administration pénitentiaire. « On fait un forum par semaine dans l’un des vingt et un établissements où nous sommes présents », complète Bernard Mesi, responsable de projets au sein de Sodexo. « L’objectif est de faire découvrir nos métiers. Il est difficile de trouver de la main-d’oeuvre. Ici, ils ont peutêtre fait des bêtises mais ils ont des petites peines. Il y a beaucoup de possibilités. Il faut des gens motivés », commentait Olivier Tur, directeur général du groupe Bouchard agriculture (77) qui recherche à recruter en mécanique agricole. « Je suis là parce que j’aime bien rencontrer les gens. Il y a de bonnes personnes ici. Ils ont de l’or dans les mains », ajoutait Kevin Oudard, le propriétaire du Flaubert de Villenauxe qui, lui, recherche également la personne motivée pour son restaurant. « Si la personne a une volonté de se réinsérer dans la société, pourquoi on ne serait pas acteur de cette démarche ? », interroge Latifa Neggaoui, de 3Media. « C’est intéressant, on apprend à connaître les métiers », commente un détenu de 24 ans, qui a un projet professionnel dans le domaine de la mécanique automobile et l’électricité. « La formation, ça m’arrange pour qu’on me voie dans une autre situation que le stéréotype du détenu. On peut être en prison et avoir du potentiel dans un métier. J’ai un métier dans mes mains et je suis intéressé pour en apprendre encore plus », constate aussi ce détenu de quarante ans, inscrit en CAP métallerie au centre de détention et qui espère ensuite pouvoir intégrer un bac Pro dans un lycée professionnel…